•  
  •  
chanvre

Dès le mois de mars, nous étendons sur les champs la fumure organique produite par notre bétail et indispensable pour une croissance optimale de la plante.

Après un labour profond, nous semons en avril seulement 2 graines par m2 (par comparaison, 100 à 200 graines par m2 sont semées pour le chanvre à fibres).

chanvre

Nous produisons nos propres semences. Elles sont le résultat de plusieurs années de sélection basée principalement sur l’odeur de la plante, sa vigueur, sa rusticité, mais aussi sur l’homogénéité et la constance qualitative de l’essence produite. Nous semons en lignes assez distantes de manière à ce que le soleil inonde de lumière et de chaleur les plantes sur tout leur volume.

chanvre

Le chanvre aime un terrain profond, meuble et riche en humus. Mais ce qu’il apprécie avant tout, c’est une situation ensoleillée.

Par sarclage, nous ameublissons la terre. Ce travail permet également de lutter contre les mauvaises herbes.


chanvre

Au mois de juillet, sa croissance peut atteindre 4 à 5 cm par jour. Dès le début du mois d’août, lorsque les jours raccourcissent significativement, la plante cesse de grandir et commence à mûrir. C’est dès ce moment et jusqu’à la récolte que la plante produit un maximum d’huile essentielle.

chanvre

Toutes ses branches s’épaississent, s’alourdissent et leur couleur passe du vert clair au vert foncé, voire violet. L’odeur que dégagent les plantes est de plus en plus forte; si intense avant la récolte qu’elle peut être diffusée à plus d’un kilomètre du champ.

chanvre

Seules les plantes femelles sont utilisées et donnent l’huile essentielle que nous recherchons. Dès la fin du mois de juin et jusqu’en août, 5 à 6 passages dans le champ sont nécessaires pour enlever les plantes mâles. C’est un énorme travail qui nous occupe une grande partie de l’été. Cette manière de procéder évite une pollinisation anarchique et préjudiciable à une récolte qualitative.

chanvre

Il y a quelques années, nous délimitions le champ avec des fils et des alarmes étaient installées dans le champ.

Aujourd’hui, une barrière électronique suit le pourtour du champ et nous avertit directement sur nos natels de toute présence, avant même que les voleurs ne pénètrent dans le champ. Grâce à ce système, les vols sont quasi inexistants. Si toutefois des voleurs sont surpris, ils sont immédiatement dénoncés à la police.

HOME                              PAGE PRECEDENTE                                PAGE SUIVANTE